dilluns, 19 de maig de 2014

74.- Au lieutenant Ferdinand Lessage, Chef du Quartier D du Camp de Bram.


Tu ne te souviens plus de ma personne,
ni de nos promenades… Mais enfin,
écoute les détails que je te donne :
¡j’étais le chef de la soixante-cinq !
Je suis celui qui était un peu cardiaque
et qui ne savait pas le mot « corvée » :
alors quelques amis de ma baraque
disaient que je comprends mal le français.
« Tu es dans un état lamentable »,
tu disais, car j’étais mal rasé…
Et j’écoutais des choses pas agréables
¡car tous mes hommes je laissais fumer !
Je suis celui qui ne oubliait de dire
chaque matin : « Y a pas rien de nouveau… ».
Et qui faisait se taire et ne pas rire
au moment où l’on hisse le drapeau.
La liste j’apportais chaque semaine
et j’avais soin qu’on n’allumât (1) du feu…
Je disais, par erreur, « mon capitaine »…
Et doucement tu m’appelais « mon vieux ».
.
(1) Je n'en suis pas certain que cela soit exactement ce qu'il avait écrit. Peut-être, il s'agit de "allumait".

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada